Le phénomène s'accentue encore avec les réformes engagées dans les années 1880.
Pour les autres articles nationaux ou selon les autres juridictions, voir.
Le grand malaise des précaires de l'éducation.
En effet, ce gouvernement envisageait de supprimer 10 000 à 17 000 postes dans l'Éducation nationale.Le comité, à la majorité des présents, décide, le cas échéant, d'examiner les questions dans un ordre différent de celui fixé par l'ordre du jour.En outre, les lois de décentralisation de 1982-83 et 2003-04 ont transféré certaines compétences aux collectivités territoriales, selon le principe de compétences partagées.Le développement de la décentralisation contribuent à diminuer les effectifs administratifs du ministère, tandis que l'administration centrale tend à déconcentrer de plus en plus de compétences aux rectorats et aux services départementaux.Durant toutes ces années, le ministère de l'Intérieur continue d'assurer la surveillance générale des questions d'instruction, mais la réalité du pouvoir de décision revient aux instances de l'Université (puis du conseil de l'Instruction).Le secrétariat général, les directions générales, les services et les directions sont dirigés chacun par un directeur nommé par décret.



Le ministère de lÉducation nationale et de la Jeunesse est l administration française chargée de préparer et mettre en œuvre la politique du gouvernement dans les domaines de l éducation.
Elle assure la tutelle pédagogique des établissements français à l'étranger.
En 2012, les salaires des enseignants français sont inférieurs de 34,3 en moyenne à ceux des enseignants allemands.
Il passe contrat avec certains établissements «concourant au service public de l'enseignement» et leur apporte un soutien financier ; il paye directement leur personnel enseignant.Les agents qui travaillent dans les établissements scolaires relèvent désormais en grande partie des collectivités territoriales.La dgesip et la dgri ont en commun la service de la coordination des stratégies de l'enseignement supérieur code promo neobulle et de la recherche et la délégation aux affaires européennes et internationales.Établissements publics sous tutelle du ministère modifier modifier le code Le Musée de l'éducation, qui fait partie du réseau Canopé Le ministère de lÉducation nationale et le ministère chargé de l'enseignement supérieur et de la recherche exercent leur tutelle sur plusieurs établissements publics nationaux.Le, une ordonnance crée un ministère des Affaires ecclésiastiques et de l'Instruction publique, confié à Mgr Denis Frayssinous, qui était déjà grand-maître de l'Université.De même chaque recteur est assisté d'un conseil académique.Elle répartit les contingents d'autorisations spéciales d'absence et de décharges de service entre les organisations syndicales compte tenu de leur représentativité.L'État assume le recrutement, la rémunération et la gestion de la carrière du personnel enseignant et assimilé, de même que pour le personnel administratif et de santé (médecins, infirmiers scolaires, assistants sociaux scolaires).Inversement, l'une des volontés de François Hollande, Président de la République depuis mai 2012, est d'augmenter les effectifs de l'Éducation nationale avec la création annoncée de 60 000 postes.Le ministre Olivier Guichard a aussi évoqué le ministère comme un «dinosaure massif et pataud».


[L_RANDNUM-10-999]